CRPM - Axe de recherches N°1

AXE DE RECHERCHES N° 1

Genèse des concepts de l'Etat, de l'espace public et de la société civile en France, en Allemagne et en Russie (Brigitte Krulic)

Objectifs scientifiques

A partir du constat de la pluralité et de la diversité des langues dans l'espace européen et de l'« intraductibilité » de concepts essentiels de l'espace public, qui met en évidence les conditions d'émergence des institutions politiques et sociales, les inflexions des cultures politiques particulières, il s'agit d'approfondir l'origine, les enjeux et les applications contemporaines, dans l'espace européen, des problèmes linguistiques, politiques et culturels relevant des relations entre faits de langue, faits de pensée et pratiques. A cet effet, on s'emploiera à
  • Etablir un corpus restreint de notions et de concepts de l'espace public qui ne sont pas directement traduisibles d'une langue à l'autre, parce qu'ils ne sont pas directement transposables d'une histoire, d'une culture, d'une société à l'autre. Leur sens, leurs référents et leur praxis diffèrent. Si l' « intraductibilité » fournit un premier critère déterminant pour le choix des concepts et notions à étudier, la perspective adoptée n'a pas vocation à établir un recensement exhaustif des « intraduisibles » du vocabulaire de la philosophie et du champ politiques, mais à soumettre les concepts choisis à une approche croisée interdisciplinaire.
  • Soumettre ces notions et concepts de l'espace public à une analyse comparative croisant et confrontant les approches et les discours disciplinaires du droit, de l'économie, des sciences du langage, de l'histoire, de la philosophie politique, de la sociologie... 
  • Approfondir l'articulation entre l'étude comparative de la genèse des concepts et l'analyse de leur « mise en application » dans les pratiques culturelles et les politiques publiques (France, RFA, Russie) en montrant les répercussions concrètes des différences sémantiques entre termes allemands, français et russes. 

Axe 1 Genèse des concepts de l'Etat, de l'espace public et de la société civile en France, en Allemagne, Grande-Bretagne et Russie

Animé par Brigitte KRULIC, professeur à Université Paris Nanterre (Histoire des idées politiques France/Allemagne)

Idées fédératrices

  • Analyse de la genèse de concepts-clés tels que

Famille / Familie / Sem'ya,

Peuple / Volk / Narod,

République/ Republik / Respublika,

Service public / öffentlicher Dienst / publichnaja sluzhba

Espace public - espace privé / Öffentlichkeit - Privatsphäre / publichnaja sfera - chastnaja sfera

Etat-providence / Sozialstaat/ Gosudarstvo vseobschego blagosostojanija

Education / Bildung, Erziehung / Obrazovaniïe, vospitanie

  • Approche croisée France/Allemagne/Russie

On s'attachera à

  • établir un corpus de notions et de concepts en les soumettant à une analyse comparative croisant et confrontant les approches et les langages disciplinaires ; la perspective adoptée n'a pas vocation encyclopédique, elle ne s'attache pas à recenser de manière exhaustive les « intraduisibles » du vocabulaire de la philosophie et du champ politiques, à la différence de certaines réalisations éditoriales par ailleurs remarquables, mais qui ne privilégient pas l'approche croisée interdisciplinaire (Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, sous la direction de Barbara Cassin, publié au Seuil en 2004 ; Au jardin des malentendus, sous la direction de J. Leenhardt et R. Picht, Actes Sud, 1997 ou les Geschichtliche Grundbegriffe, sous la direction de R. Kosellek et W. Conze, 1972-1997).


  • approfondir l'articulation entre l'étude comparative de la genèse des concepts et l'analyse de leur « mise en application » dans les pratiques culturelles et les politiques publiques (France, RFA) en montrant les répercussions concrètes des nuances et différences sémantiques entre termes allemands, russes et français (l'« intraductibilité » constituant un critère déterminant pour le choix des concepts et notions à étudier).
  • éclaircir la compréhension / l'interprétation de certains concepts et de leur pratique dans divers contextes.

Appréhendés à travers des corpus lexicaux (dictionnaires et lexiques) et des corpus textuels historiques, il s'agit d'identifier  

  • ­les sens premiers, secondaires, associés, implicites ou induits,
  • les effets historiques des contextes sociaux, culturels, politiques sur les significations

Par là même, on tentera d'évaluer les théories que nourrissent ces termes-concepts, leur relativité et leur épistémologie.  

Axe 2 : Elaboration d'un dictionnaire relatif aux institutions politiques et juridiques de la Russie post-soviétique

Axe animé par Y. HAMANT, professeur à Université Paris Nanterre (Sciences politiques/Russe)    
     
Objectifs scientifiques

Les transformations qu'ont connues la Russie ont entraîné une redéfinition des relations entre l'Etat et le citoyen, l'Etat et la société, et il s'agit en premier lieu de s'interroger sur les concepts de base correspondants : dans quelle mesure sont-ils équivalents à des concepts en usage dans des sociétés d'Europe de l'Ouest ou, au contraire recouvrent-ils un contenu propre ? Il s'agit, par exemple, des concepts d'« Etat de droit » (pravovoe gosudarstvo), d'« Etat social » (social'noe gosudarstvo), de « société civile » (grazdanskoe obsestvo), etc. L'un des aspects des mutations de la Russie concerne également la recomposition des relations entre l'Eglise et l'Etat et le contenu du concept d'« Etat laïc » (svetskoe gosudarstvo). Enfin, tandis que, sous la présidence de Vladimir Poutine, émerge peu à peu une idéologie nationale, des concepts nouveaux apparaissent, tel celui de « démocratie souveraine » (suverennaâ demokratiâ).

Le droit a, simultanément, connu une transformation pratiquement sans précédent dans l'histoire des sociétés : en quelques années, la Russie s'est dotée d'un droit privé, a créé une juridiction constitutionnelle, une juridiction économique, a adopté une nouvelle constitution, un nouveau code civil, un nouveau code pénal, de nouveaux codes de procédure. La distinction privé / public, impossible à l'époque soviétique, a réapparu. Or, il n'existe jusqu'à présent aucun ouvrage d'ensemble en français sur ces questions. La mise en chantier du dictionnaire considéré a notamment pour objet de combler cette lacune. Ce faisant, il s'agit avant tout d'élucider dans des notices détaillées les termes et concepts qui posent problème et n'ont pas d'équivalents dans le système français ou n'ont des équivalents qu'apparents.

Ce travail se situe d'une certaine manière dans le prolongement de la formation dispensée à Université Paris Nanterre dans le cadre de la Licence bilingue et du Master bilingue des droits de l'Europe, spécialité droit russe. En effet, l'Université Université Paris Nanterre est la seule université en Europe qui assure un enseignement de droit russe à haut niveau et elle a ainsi constitué un « vivier » de jeunes spécialistes du droit russe, tandis que de nombreux enseignants-chercheurs spécialistes de sciences juridiques de cette université ont participé à divers programmes en Russie. De la sorte, ainsi que l'ont montré les journées d'études doctorales sur le droit russe en novembre 2005 (actes parus dans la Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 38, no. 2, juin 2007), l'Université Université Paris Nanterre est devenue le principal pôle de recherche sur le droit russe en France.

Axe 3 : Etat, économie et société : Théorie, concepts et pratiques de la régulation économique et sociale en Allemagne et en France - approche historique et contemporaine.


Axe animé par Bernd ZIELINSKI, professeur à Université Paris Nanterre (Economie/Allemand)


Historique, généralités

Dans une situation marquée par l'internationalisation des économies et le rapport tout à la fois complémentaire et conflictuel entre systèmes de régulation nationaux et supranationaux, l'analyse des spécificités du cadre régulateur allemand, de ses origines historiques et de ses transformations actuelles est au cœur de ce projet.

Il s'agit notamment de développer les recherches sur le rapport entre institutions publiques, semi-publiques et privées dans le cadre du pilotage politique des processus économiques et sociaux marqué par un certain néo-corporatisme. C'est dans cette optique que le projet apporte un angle d'analyse spécifique aux recherches sur l'espace public.

Impliquant une vision interdisciplinaire qui combine les approches des Sciences économiques, juridiques, politiques et historiques, ce projet se situe dans le cadre global des analyses comparatives concernant les « variétés du capitalisme » qui ont connu un développement important depuis une vingtaine d'années et notamment depuis la chute du mur de Berlin. En se démarquant des abstractions néo-classiques, ces analyses s'inspirent d'une approche institutionnaliste dont les origines théoriques remontent au dix-neuvième siècle. Elles soulignent l'importance des formes de régulation politique et juridique pour le fonctionnement et la performance des économies de marché. On part donc de l'hypothèse que les régularités micro ou macroéconomiques peuvent être causalement rattachées aux systèmes des règles institutionnelles qui organisent les transactions. Ainsi, les systèmes de règles sont eux-mêmes expliqués à l'intérieur du modèle théorique et les institutions sont des endogènes variables et essentiels. Ceci implique aussi bien l'analyse des spécificités nationales des systèmes politiques et de protection sociale que celle du cadre juridique réglementant entre autres les relations industrielles, la concurrence et les marchés financiers. Il faut notamment analyser les relations de complémentarité ou de contradiction dans lesquelles se trouvent ces institutions de régulation économique.
Dans le cadre de cet axe de recherche, il s'agit d'appliquer l'approche institutionnaliste au cas de l'Allemagne tout en le plaçant dans une perspective comparative avec d'autres pays européen et notamment la France. L'unification allemande et la nouvelle donne internationale marquée par les processus de la mondialisation et de l'intégration européenne ont accentué les phénomènes d'une crise et d'une remise en cause partielle des caractéristiques du « modèle rhénan ». Dans ce contexte on assiste depuis plusieurs années à la discussion et à la réalisation de politiques de réformes visant à restructurer le cadre régulateur. L'étude comparative France/Allemagne des conséquences des réformes des économies de marché régulées peut faire ressortir les parallélismes et les divergences par rapport à ce processus. Finalement, le rapport à la fois complémentaire et conflictuel entre intégration européenne et politique économique nationale, doit également être thématisé dans le cadre de ces recherches. La question du rapport entre l'espace politique européen et les formes de régulation économique est dans ce contexte crucial. 

Axe3 C1 « Recherches sur les transformations du cadre régulateur du « capitalisme rhénan » et « capitalisme britannique » et les conséquences de ces transformations pour la complémentarité institutionnelle du système. »

Est prévue :

  • Une journée d'étude à Université Paris Nanterre sur le rapport entre réformes du cadre juridique et complémentarité institutionnelle de l' « économie sociale de marché » depuis l'unification allemande.
Cette thématique englobe les évolutions juridiques, politiques et économiques dans leur interdépendance. A titre d'exemple, il s'agit ainsi aussi bien d'analyser la réforme du système social et de l'éducation que les transformations concernant les réglementations du marché du travail, les relations industrielles et le système financier. La redistribution des compétences entre Länder et Etat fédéral  dans le cadre des réformes du fédéralisme est également au cœur de ces recherches. Elle fait partie de l'analyse plus globale du rapport entre système politique et performance économique. En outre, l'analyse de la genèse et de la transformation historique des institutions de régulation est dans ce contexte indispensable et doit se situer dans une perspective franco-allemande, franco-britannique et plus globalement européenne. Dans ce contexte, des recherches sur le rapport entre systèmes de régulation nationaux et espace public européen doivent être développées. Dans la mesure où les systèmes de régulation diffèrent de manière significative entre Etats ou groupes d'Etats, l'enjeu central de l'approfondissement et de l'élargissement de l'Union est de savoir quel « modèle », ou les éléments de quel modèle prédominent dans les différents champs d'organisation économique et sociale lors de la mise en place progressive d'un cadre institutionnel commun. L'issue des débats sur le modèle social et économique européen dépend du rapports de forces entre Etats ou groupes d'Etats défendant des conceptions divergentes. Une hypothèse de départ des recherches à réaliser est que les gouvernements nationaux engagés dans les négociations et débats européens, défendent les avantages institutionnels comparatifs de leurs propres systèmes de régulation économique. Cette hypothèse problématise le postulat d'une convergence des systèmes de régulation marquée par la prédominance du système anglo-saxon.

Axe3 C2 « Recherches sur les processus économiques, sociaux et politiques en ex-RDA et sur leur lien avec l'évolution dans l'ensemble de l'Allemagne. »

Le « transfert des institutions » ouest-allemandes en RDA en 1990 a débouché dans les nouveaux Länder sur une situation complexe marquée par des trajectoires de développement particulières des branches et régions. Il s'agit en particulier d'analyser l'interdépendance des évolutions au niveau macro-meso et micro-économique et leur lien avec les stratégies de pilotage économique des instances publiques. Cette démarche implique la prise en compte des positions et rôles respectifs de l'Etat fédéral, des Länder et des communes dans leurs rapports à la fois complémentaires et conflictuels.

Axe3 C3 « Recherches sur l'histoire des théories institutionnalistes en Sciences économiques et sociales au 19ème et 20ème siècle et de leur impact sur les politiques de régulation. »
En Allemagne, l'éventail de ces théories va de l'Ecole historique jusqu'à l'ordo-libéralisme. S'il existe des « sentiers de développement » institutionnels et historiques spécifiques d'accès à la modernité capitaliste, les théories économiques et sociologiques pourraient à la fois refléter et renforcer ces particularités. L'objectif est de cerner les réactions spécifiques des Sciences économiques et sociales à la modernisation et aux changements structurels se traduisant notamment à travers des phénomènes de désintégration sociale. En même temps, le fait des transferts culturels entre la France et l'Allemagne doit être pris en compte lors de ce travail comparatif. 

Mis à jour le 20 novembre 2009